Bilan 2013-2018

Urbanisme de qualité
  • Ecoquartier comme règle: mobilité douce, hauts standards énergétiques, concertation, etc.
  • 50% des surfaces de nouveaux plans localisés de quartiers (PLQ) sont consacrés aux espaces verts
  • Création de 600’000m2 d’espaces verts publics prévus d’ici 2030 (10x le Parc des Bastions)
  • Sauvegarde maximale de la zone agricole (protection des surfaces d’assolement)
  • Mise en place de nouveaux mécanismes de financement des infrastructures communales (Fonds intercommunal pour le développement urbain FIDU et Fonds intercommunal d’équipement FIE)
  • Généralisation des concours d’urbanisme et d’architecture
  • Démarche de concertation avec les riverains renforcée
  • Surélévations soumises à de nouveaux critères qualitatifs
  • Densification de la zone villa soumise à de nouveaux critères qualitatifs
  • Stratégie territoriale pour la vie nocturne culturelle et festive

Logements répondant aux besoins de la population
  • Passage au ratio 2 logements pour 1 emploi dans tous les projets où cela est possible
  • Renforcement de la création de logement pour la classe moyenne (proposition d’un nouvel article 4A de la Loi générale sur les zones de développement LGZD)
  • Augmentation du parc LUP à plus de 10% du parc locatif et confirmation de l’objectif de 20% (nouvel article 4A LGZD), notamment par le renforcement de l’acquisition de parcelles
  • Facilitation de l’accès à la propriété : mise en œuvre de la « Lex Longchamp » et prix des PPE en zone de développement 22% plus bas qu’en zone ordinaire
  • Impulsion en faveur des coopératives d’habitation : attribution de 1’000 nouveaux logements, quartiers de coopératives favorisés (Grosselin, Grands-Essert, Communaux d’Ambilly, etc.), création d’un poste « Monsieur Coopérative », quota pour les nouveaux coopérateurs, cautionnement renforcé.
  • Modification du règlement en faveur de logements plus qualitatifs (pièces plus grandes, balcons, espaces communs, etc.)
  • Proposition de normes en faveur des logements accessibles aux personnes à mobilité réduite (en cours de traitement au Grand Conseil)
  • Création d’un guichet unique pour les demandeurs de logements sociaux
  • Contrôle accru et sanction pour les appartements volontairement laissés vides ou loués à des fins de commerce ou dont les loyers ne respectant pas la Loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons d’habituation LDTR

Une transition énergétique en marche
  • Distribution par les SIG d’une électricité 100% renouvelable et 100% suisse depuis le 1er janvier 2017
  • Baisse de la consommation d’énergie fossile de 29% par habitant
  • Sauvegarde et poursuite du programme Eco21 des SIG (91 GWh/an économisés)
  • Poursuite des projets de réseau de chaleur : Genilac, GLN, ASR et Cherpines
  • Lancement d’un ambitieux programme de géothermie (Géothermie 2020) avec les SIG
  • Objectif de doubler tous les 5 ans la production d’énergie solaire
  • Poursuite des projets éoliens suisses, adaptés au réalisme industriel
  • Respect des règles énergétiques par les propriétaires d’immeubles et augmentation des contrôles (premières amendes énergétiques infligées en 2015)
  • Lancement de projets pilotes avec les communes : Onex Rénove, Bernex 0% mazout, etc.
  • Créations des premiers écoparcs avec la Fondation des Terrains industriels FTI
  • Stabilisation de la gouvernance des SIG suite à la crise des investissements éoliens en 2014

Un patrimoine protégé et valorisé
  • Lancement d’un recensement complet du patrimoine bâti afin de protéger les biens dignes de l’être
  • Augmentation des mesures de protection (mises à l’inventaire)
  • Immeuble Clarté, réalisé par Le Corbusier et Pierre Jeanneret, classé au patrimoine mondial de l’humanité et projet de valorisation ouvert au public
  • Conciliation du patrimoine avec les enjeux énergétiques, notamment à travers le guide pour les fenêtres en double vitrage
  • Sanctions plus sévères en cas d’irrespect des biens patrimoniaux
  • Réforme législative des rôles de la Commission des monuments, de la nature et des sites (CMNS) et de l’Office du patrimoine et des sites (OPS)

Une administration performante
  • Grands projets débloqués : Praille-Acacias-Vernets, Grands-Esserts, Communaux d’Ambilly, Cherpines, Etang, Bernex, etc.
  • Travail partenarial, notamment avec les communes (Association des communes genevoises ACG) et les associations en lien avec l’Acte de construire (Rencontres du Logement)
  • Entre 2014 et 2018, les planifications urbaines abouties auront un potentiel de 15’000 logements, soit plus que pendant les deux législatures précédentes (doublement de la productivité)
  • Temps de traitement des autorisations de construire divisé par deux entre 2013 et 2016
  • 98,4% des autorisations délivrées par le Département sont entrées en force (solidité juridique)
  • Le nombre de nouveaux logements à Genève a dépassé les 2’000 unités en 2015 et 2016, fait inédit depuis plus de 20 ans
  • Forte accélération des processus de planification et d’autorisation pour des projets spécifiques, à travers la structure de l’opérateur urbain
  • Renforcement de la direction foncière et des outils de planification
  • Délai moyen de traitement des réquisitions au Registre foncier autour de 50 jours
  • 204 jeux de données gérés dans le Système d’information du territoire à Genève (SITG) et 2203 adresses attribuées par le service de la mensuration officielle
  • Réalisation de l’objectif de -5% en 2018 des dépenses salariales du département, sans licenciement

Une action au Conseil d’Etat conforme à mes valeurs
  • Participation active à toutes les séances du Conseil d’Etat (aucune absence de toute la législature)
  • Présidence de la délégation du Conseil d’Etat à l’aménagement, aux transports et l’agglomération (DELTA), membre de la délégation pour la réforme fiscale des entreprises
  • Prises de position en faveur d’un Etat écologiquement cohérent, avec une attention particulière sur les budgets en faveur de la formation, la santé, le social et les transports publics
  • Engagement en faveur d’une politique de la fonction publique respectueuse, moderne et agile
  • Refus de politiques contraires aux droits humains (cellules d’enfermement pour enfants sans-papiers, emprisonnement et expulsion de sans-papiers n’ayant aucun passé pénal) et refus de trop d’intrusion de l’Etat dans la sphère privée
  • Engagement pour minimiser la bureaucratie et les obstacles réglementaires touchant aux activités et manifestations des milieux associatifs et autres acteurs privés